Une tablette à 50 dollars pour les plus défavorisés

Une tablette à 50 dollars pour les plus défavorisés

first_imgUne tablette à 50 dollars pour les plus défavorisésAprès avoir fourni au gouvernement indien la tablette la moins chère au monde, l’Aakash (“ciel” en hindi), la société canadienne Datawind va proposer au grand public une version améliorée de ce terminal. Une tablette qui sera vendue seulement 50 dollars.En octobre dernier, la société canadienne Datawind lançait la tablette la moins chère du monde, l’Aakash, dans le cadre d’un programme mené avec le gouvernement indien pour offrir aux étudiants un accès aux technologies de l’information. 100.000 tablettes avaient ainsi été fournies.À lire aussiMaladie de Charcot : symptômes, causes, traitement, où en est on ?Aujourd’hui, la firme dirigée par deux frères d’origine indienne, Suneet et Raja Singh Tuli, s’apprête à proposer au grand public une version améliorée de ce terminal. Lancée dès le mois prochain, la tablette rebaptisée UbiSlate sera vendue un peu plus de 50 dollars. Et déjà, le succès est au rendez-vous avec les pré-commandes ouvertes sur un site dédié. “L’accueil est fantastique ! Nous recevons environ 30.000 pré-commandes par jour. Nous avons déjà reçu trois millions de commandes individuelles” s’est réjoui Suneet Singh Tuli auprès de l’AFP. “A la fin des années 90, il y avait 750 millions de personnes branchées sur internet et autant d’utilisateurs du téléphone portable. Depuis, le nombre des utilisateurs du portable a atteint six milliards, mais il y a deux milliards d’abonnés à l’internet, un écart de quatre milliards de personnes… Nous pensons que cet écart est dû à la question du prix”, explique-t-il. Cette tablette à 50 euros vise à offrir cet accès aux plus défavorisés à travers le monde. Aujourd’hui, 8% seulement des Indiens sont connectés à Internet. Il y a quelques mois, Google estimait que ce taux pourrait être multiplié d’ici à trois ans grâce à un meilleur accès à l’Internet sans fil et des terminaux mobiles connectés à bas prix. “Il est probable que la demande pour les tablettes en Inde dépasse celle des ordinateurs. Le marché peut facilement atteindre 20-30 millions de tablettes par an et nous souhaitons avoir une part significative de ça”, affirme Suneet Singh Tuli.Le 17 février 2012 à 19:10 • Maxime Lambertlast_img

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *